Une industrie et plus particulièrement une entreprise de chez nous dans la tourmente.

Le 23 mai dernier, l’entreprise de Beauceville, Recyc RPM a déposé un avis d’intention de proposition en cours supérieur pour insolvabilité. Plus vielle entreprise recycleur de plastique post-consommation au Québec, Recyc RPM Inc en est à sa 26e année d’opération. Elle a développé au fil des ans une expertise unique qui risque de se perdre à jamais. Acteur essentiel dans la chaîne de valeur de l’industrie des plastiques de la région de la Chaudière-Appalaches mais aussi du Québec, Recyc RPM a su développer un réseau de fournisseurs et de partenaires de toutes tailles très importants. Une faillite de cette entreprise serait non seulement catastrophique pour les besoins de l’industrie mais aussi pour l’économie de la région. Plusieurs PME pourraient être entraînées dans le sillage et devoir fermer leurs portes à leur tour. De plus, 100 emplois directs et 100 emplois indirects sont actuellement en jeux dans cette problématique.

En recyclant les polyoléfines, l’entreprise apporte une solution au développement durable et constitue un maillon important dans la chaîne de valeur du recyclage au Québec. Toutefois, le modèle d’affaires actuel du recyclage au Québec n’est pas adéquat pour reconnaître le rôle d’une entreprise de type valorisateur\recycleur dans la chaîne de valeur du recyclage.

Actuellement, les redevances versées par Recyc Québec dans la chaîne de valeur s’arrêtent au centre de tri et aucune somme n’est transférée aux valorisateur\recycleur.

Qui plus est, aucune norme de qualité adéquate n’a été établie pour encadrer le travail des centres de tri du Québec. Conséquemment, la matière première expédiée aux valorisateur\recycleur du plastique est souillée de matières résiduelles non recyclable ou non faite de matières plastiques engendrant ainsi des coûts faramineux pour ceux-ci.

Le conseil d’administration de la Vallée de la Plasturgie a d’ailleurs adopté, à l’unanimité, lors de sa séance régulière du 4 juin dernier, une résolution pour demander aux acteurs politiques d’intervenir afin de trouver des solutions acceptables afin d’assurer la survie de cette entreprise et de l’industrie du recyclage au Québec.

D’ailleurs, nous vous invitons à faire part de vos préoccupations et de votre intérêt à soutenir cette industrie directement auprès de M. Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, de M. David Heurtel ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques ainsi qu’à Mme Dominique Vien, ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches et M. Maxime Bernier, député de la circonscription de Beauce.

By |2016-11-30T13:10:51+00:00June 6th, 2014|Actualités|0 Comments

About the Author:

Directeur général

Leave A Comment