L’indice de maturité logistique, un outil novateur pour créer de la valeur et être plus performant.

Mise en contexte

De 1992 à 2006, l’industrie canadienne de la plasturgie connaît une croissance intéressante. Cependant, la sévère crise économique, vécue par les États-Unis de 2007 à 2009, a eu un impact négatif important sur les activités et les revenus de ce secteur. Bien qu’une reprise se fasse sentir depuis 2010, et maintenant que le climat est plus favorable, les entreprises appalachiennes1 ont voulu connaître, leur situation dans le grand marché mondial de la plasturgie.

Une vaste étude, cartographiant les besoins de l’industrie, est lancée en 2010. En 2011, après avoir identifié les forces et les faiblesses de ce secteur d’activité, le rapport recommande de travailler sur sept axes favorisant le retour à des activités rentables et au développement de nouveaux marchés, tout en consolidant les atouts actuels.

Sept clés de développement sont identifiées. Parmi elles, deux sont reliées au transport, soit la commercialisation et l’approvisionnement.

La logistique, l’approvisionnement et le transport représentent des centres de coûts importants pour plusieurs entreprises québécoises, particulièrement celles situées loin de leurs marchés d’approvisionnement et d’expédition. L’analyse des pratiques logistiques des entreprises composant cette grappe et l’évaluation de leur niveau de maturité logistique permettraient d’identifier les éléments clés de leur chaîne logistique et les économies possibles à réaliser par un meilleur contrôle de ses paramètres.

Pour construire des entreprises manufacturières performantes capables d’intégrer des chaînes d’approvisionnement et d’en tirer profit

Responsable de près de 88 % des exportations, générant près de 800 000 emplois directs et indirects, le secteur manufacturier est névralgique pour l’économie québécoise. Or, son poids dans le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 30 % depuis le début du 21e siècle, passant de 23,6 % 2 à 14,1 % en 2012. Comment assurer son redressement en dépit des nombreux facteurs extérieurs qui affectent sa performance, telle la mouvance provoquée par les déplacements de marchés commerciaux ou l’instabilité du secteur financier ?

Depuis que l’offre est maîtrisée par une demande fortement volatile, que la mondialisation dicte sa loi, que les exigences en matière de performance, d’agilité, d’innovation et d’écoresponsabilité se multiplient, les entreprises manufacturières sont en quête de clés pour soutenir leur compétitivité, accroître leur efficience afin de synchroniser au mieux l’offre et la demande; tel est, au bout du compte, l’enjeu majeur de leur pérennité et de leur croissance.

L’intégration à des chaînes d’approvisionnement complexes, interdépendantes et intelligentes, s’impose de plus en plus comme la voie pouvant soutenir leur prospérité, leur compétitivité et leur rentabilité. Cette intégration va de pair avec une transformation en profondeur de leur modèle de gestion. Passer d’une gestion intégrée verticalement à une gestion intégrée collaborative et performante, avec des partenaires extérieurs, constitue un défi majeur. Seules les entreprises qui reconnaissent la valeur ajoutée de la logistique y parviennent, et encore non sans difficulté.

Les travaux de recherche appliquée, menés par le CETL3 du Cégep Garneau depuis quelques années, démontrent que beaucoup de PME québécoises n’ont pas encore adopté un modèle de gestion intégrée et collaborative à l’intérieur même des activités de leur propre entreprise. Comment peuvent-elles alors espérer le faire avec des collaborateurs externes? Leur niveau de maturité logistique insuffisant réduit leurs perspectives de croissance, et celles qui tentent, malgré tout, de s’intégrer à des chaînes d’approvisionnement le font souvent au détriment de leur propre rentabilité.

Comment alors évaluer ce niveau de maturité et comment le rehausser?

Indice de maturité logistique

L’indice de maturité logistique, un outil novateur conçu par le service aux entreprises de la Formation continue du Cégep Garneau.

La logistique est, par nature, collaborative. Elle nécessite l’établissement de relations entre différents acteurs et la détermination de la nature de leur collaboration et du niveau de celle-ci. Les éléments de cette collaboration sont les flux administratifs, informationnels et physiques de l’entreprise.

La logistique permet de les organiser et de les gérer en vue d’assurer leur fluidité optimale entre les acteurs. Le but est de faire plus vite, mieux et moins cher en coopérant pour réaliser les objectifs de service client et ainsi devenir performant.

L’indice de maturité permet d’estimer le niveau d’interfonctionnalité de ces éléments à l’intérieur d’une entreprise et à travers l’ensemble des activités qui constituent le fondement de ses opérations. Plus le niveau global est élevé, soit 5, plus l’entreprise démontre la maturité nécessaire pour intégrer, maîtriser et tirer profit de sa participation à des chaînes d’approvisionnement.

Cet indice agit comme un radar qui oriente précisément les efforts à déployer pour gagner en efficience, en fiabilité et en réactivité, les trois facteurs d’optimisation par lesquels l’entreprise crée de la valeur sur ce qu’elle peut contrôler le mieux, soit ses propres opérations. De cette chaîne de valeur établie se dégagent des marges bénéficiaires plus prévisibles.

Le service aux entreprises de la Formation continue du Cégep Garneau : un partenaire de croissance et de développement des compétences.

L’outil propose un rapport diagnostique qui analyse les informations recueillies par voie de questionnaire WEB, estime le niveau de maturité de chaque activité et présente des avenues de rehaussement ainsi qu’un plan d’action pour l’entreprise. Parmi celles-ci figurent l’acquisition de savoir-faire, le développement de compétences et l’accompagnement dans les modifications organisationnelles, tous des moteurs puissants pour augmenter la performance, développer l’innovation et permettre l’intégration, avec force, maturité et profit, des chaînes d’approvisionnement collaboratives.

Ce billet a été rédigé par:

Nicole Verge
Analyste-conseil
Transport et logistique
Cégep Garneau
418 688-8310, poste 2425
Nverge2@cegepgarneau.ca
1 La région de Chaudière-Appalaches compte 64 manufacturiers dans ce secteur d’activités qui procurent plus de 4 500 emplois et des ventes avoisinant le milliard de dollars. Vallée de la plasturgie

2 http://www.deloitte.com/view/fr_CA/ca/secteurs/manufacturier/d9aa73eb0afa2310VgnVCM2000001b56f00aRCRD.htm

3 Centre d’expertise en transport et logistique.

By |2016-11-30T13:10:32+00:00October 15th, 2015|Logistique et transport|0 Comments

About the Author:

Directeur général

Leave A Comment