Statistiques et informations sectorielles 2016-11-30T13:10:28+00:00

Définition de l’industrie

L’industrie des matériaux composites et des plastiques dans le contexte de la Vallée de la Plasturgie se définit comme l’ensemble des activités industrielles qui œuvrent dans le domaine de la transformation des plastiques et de la mise en forme des matériaux composites. On retrouve notamment les pièces pour véhicules automobiles (automobile, camion, autobus, train et autres) et récréatifs (bateau, VTT, motorisé, glissade d’eau, etc.), les contenants divers, les pellicules et feuilles non renforcées, les sacs non renforcés, les profilés non renforcés et les tuyaux et raccords de tuyaux, bains et douches. Les codes SCIAN de cette industrie sont : Fabrication de produits en plastique (SCIAN 3261), Fabrication de produits en caoutchouc (SCIAN 3262) et Fabrication de moules industriels (SCIAN 333511). Il est à noter que le système de classification nord-américain des industries (SCIAN) considère les matériaux composites comme un plastique. Dans ce cadre, le code SCIAN présenté pour le plastique inclut les matériaux composites.

Le Canada est le 6e pays producteur mondial de plastiques. L’Ontario (50 %) et le Québec (25 %) sont les deux principales provinces productrices du Canada, dans des proportions cumulées qui oscillent entre 75 % et 85 %.

Au Québec

  • À l’échelle du Québec, l’industrie se distingue par sa forte concentration dans certains segments, dont certains à forte valeur ajoutée.
  • L’industrie québécoise des plastiques et composites se classe au deuxième rang en importance au Canada, derrière l’Ontario. Selon Statistique Canada, les livraisons du Québec, dans le secteur des plastiques et composites pour l’année 2012, représentaient 5,4 milliards de dollars CA; comparativement à 10,7 milliards de dollars CA pour l’Ontario.
  • En 2012, le Québec recensait plus de 500 entreprises dans le secteur des plastiques. De ce nombre, 75 % de ces entreprises sont des transformateurs de matières plastiques ou de composites (plastiques renforcés) et 88 % des ces mêmes entreprises sont en sous-traitance.
  • Les entreprises québécoises fournissent des marchés d’application très divers. Pour les plastiques, le Québec se démarque dans les domaines de l’emballage (47 %) et de la construction (29 %). Celui du transport est relativement faible (5 %) pour les plastiques, mais prend de l’importance pour les composites alors que les secteurs du transport, nautique et de la construction se partagent à peu près également 70 % des livraisons.
  • Entre 2007 et 2012, les exportations québécoises dans le secteur des plastiques et composites ont légèrement diminué en passant de 1,6 milliard de dollars CA à 1,5 milliard de dollars CA. On note que les échanges commerciaux pour les entreprises québécoises se font en très grande partie avec les États-Unis, qui ont absorbé plus de 91 % des ventes à l’exportation en 2012. De plus, 44 % des importations proviennent des États-Unis, soit 1 milliard de dollars CA
  • Après avoir subi d’importantes difficultés en raison de la crise financière de 2008-2009, l’industrie de la plasturgie connaît une croissance positive depuis 2009. En effet, entre 2009 et 2012, les livraisons québécoises de plastique ont connu un taux de croissance annuel moyen de plus de 11 %. Selon la fédération PlasticsEurope, ce chiffre confirme le taux de croissance mondial à long terme de l’industrie plastique qui se situe à près de 5 % par an, soit un rythme supérieur au taux de croissance du PIB mondial.
  • La force pour le Québec est sa présence dans l’ensemble des 10 classes industrielles. La province est en position de leader dans 3 classes : stratifiés, polystyrène et sanitaire. Cependant, ces secteurs sont aussi ceux qui ont les moins forts volumes de livraison à l’échelle nationale.
  • Le Québec est le premier producteur dans les secteurs des accessoires sanitaires, des produits de mousses de polystyrène ainsi que dans les segments d’affaires des plastiques, des feuilles et des formes stratifiées.
  • Les 5 premiers segments en importances pour la valeur des livraisons au Québec, depuis les 5 dernières années, sont : les emballages, les plaques, les feuilles et formes stratifiées, les produits en mousse polystyrène, les pièces d’auto et transport et les « autres produits ».
  • Les 5 secteurs qui exportent le plus sont : les emballages, les « autres produits », les tuyaux, les produits en mousse polystyrène, les composantes pour automobile et transport.

Forces de l’industrie québécoise

  • La première force du secteur est son taux de croissance annuel. Depuis 2000, celui-ci ne cesse de croître depuis plusieurs années (8,2 % de 1990 à 2001) et, malgré un certain fléchissement en 2008 et la menace des concurrents asiatiques, les perspectives sont toujours favorables avec une croissance de l’ordre de 6 %.
  • L’industrie des plastiques et composites est composée principalement de petites et moyennes entreprises; ce qui représente un avantage indéniable puisque les PME sont capables de réagir aux changements dans l’environnement plus rapidement que les grandes.
  • Le Québec partage une longue frontière avec les États-Unis où se retrouve l’un des plus grands marchés au monde, tant pour la fabrication de machines, d’outillages et de résines que pour la consommation des produits en matière plastique. Dans un contexte de mondialisation, une telle proximité donne aux producteurs québécois un avantage inégalé dans le monde, en raison des coûts de transport et des frais commerciaux comparés.
  • La demande liée à la fabrication des éoliennes, à la fabrication de véhicules automobiles et au développement de produits d’emballage plus écologiques permet aux entreprises québécoises de se maintenir.
  • Opportunité intéressante : Le Québec détient des parts de marché significatives si l’on compare aux autres entreprises canadiennes, et ce, dans plusieurs pays d’exportation, notamment au Chili (76,6 % des exportations canadiennes) en Inde (61,3 %), en France (44,5 %), au Brésil (43,9 %), en Chine (35,4 %) et au Mexique (29,6).
  • Pour le Québec, la concurrence provenant des marchés d’importation est les États-Unis (18 %), la Chine (17 %), l’Allemagne (16 %), la France (13 %) et l’Italie (8 %).

En Chaudière-Appalaches

La région de Chaudière-Appalaches compte 64 manufacturiers dans ce secteur d’activités qui procurent plus de 4 500 emplois et des ventes avoisinant le milliard de dollars, l’industrie représente 10,75 % des emplois manufacturiers régionaux.

L’industrie du plastique n’a pas encore connu de fermeture d’importance. Toutefois, l’année 2010 a été marquée par des repositionnements stratégiques majeurs de grands joueurs et d’entreprises phares de l’industrie régionales. IPL, la plus importante entreprise de plastique au plan régional et même québécois, a été vendue à un consortium. René Matériaux Composites, l’une des plus importantes entreprises au plan des composites dans le domaine du transport, s’est repositionnée sur le plan de l’échiquier national. Dimension Composite a acquis l’une des plus importantes entreprises régionales de composites, Multina de Ste-Clotilde. Les entreprises phares de la région se repositionnent.

Selon les dernières compilations disponibles (ISQ), les industries des plastiques et des composites de Chaudière-Appalaches seraient constituées, en 2011, de trente-trois entreprises de plastiques, dont deux entreprises de recyclage de résines et quinze entreprises de composites, qui sont généralement regroupées sous le code SCIAN 3261. À cela, s’ajoutent quatorze fabricants de moules comprenant deux entreprises fortement apparentées dans l’usinage et la reconfiguration de moules (regroupés généralement au code SCIAN 333511).

L’industrie régionale de la plasturgie de Chaudière-Appalaches présente en 2010 des livraisons d’environ 715 millions $ et contribue à hauteur de 13,5 % du produit industriel brut de l’industrie québécoise du plastique.

Ceci place l’industrie régionale au plan du nombre des entreprises, du nombre d’employés et de la valeur des livraisons au troisième rang des régions productrices du Québec derrière les régions de Montréal et de la Montérégie.

L’industrie régionale, à l’instar d’autres régions du Québec et du Canada, est largement composée de très petites et petites entreprises; 86 % des entreprises du groupe industriel Fabrication de produits en matière plastique (SCIAN 3261) ont moins de cent employés. (ICRIQ 2009)

Les fabricants de moules sont généralement de plus petite taille; aucune entreprise ne dépasse 75 employés. Les entreprises de composites sont souvent de plus grande taille. C’est dans ce secteur que l’on retrouve les plus grandes entreprises (plus de 200 employés).

En 2010, en analysant la cartographie géographique de l’industrie du plastique de la région de Chaudière-Appalaches, il en ressort que l’industrie s’est majoritairement développée à partir de grands pôles d’attraction représentés par les entreprises de plus de 100 employés, auxquelles se sont greffées des entreprises « satellites ». Ces entreprises peuvent être autant des sous-traitants de l’entreprise majeure que des fournisseurs de celle-ci (moulistes, recyclage, etc.) formant des regroupements bien distincts. De plus, plusieurs des petites entreprises « satellites » ont été fondées par des employés spécialisés ayant quitté les grandes entreprises pour s’établir à leur compte. Les écoles de formation professionnelle et technique et deux centres de transfert technologique complètent le portrait global constitué d’entreprises de plastiques, de matériaux composites, d’acrylique, d’usinage, de recyclage de résines ainsi que des moulistes.

L’industrie régionale est particulièrement diversifiée. Elle est présente dans dix segments d’affaires que comporte l’industrie canadienne du plastique.

Elle est cependant complètement ou presque absente des segments d’affaires suivants :

  • Aucune entreprise dans les stratifiées;
  • Une seule entreprise dans le segment « sacs, pellicules et feuilles de plastique » dans les sept principales régions productrices;
  • Une seule entreprise dans les segments « produits de mousse de polystyrène » ainsi que « d’uréthane ».

Le périmètre du créneau

Le périmètre du créneau regroupe 64 entreprises localisées sur le territoire de la région administrative de la Chaudière-Appalaches. Parmi les entreprises les plus importantes, nous retrouvons IPL inc., MAAX Canada, Garant GP, Bains Ultra inc., PH Tech inc. et René Matériaux Composites ltée. La liste complète des manufacturiers se retrouve à l’annexe C.

La Vallée de la Plasturgie est composée d’entreprises œuvrant dans le domaine de la transformation des plastiques et de la mise en forme des matériaux composites. Ce créneau d’excellence se caractérise par une offre technologique diversifiée quant aux procédés de fabrication (injection, extrusion, thermoformage). Il réunit également tout une gamme d’intervenants complémentaires, tels que :

  • Fabricants de moules;
  • Fabricants d’équipement de production;
  • Centres de recherche;
  • Établissements de formation spécialisés dans le domaine.

L’industrie de la plasturgie de Chaudière-Appalaches est divisée en deux classes d’entreprises. Premièrement, l’industrie est composée majoritairement de très petites à petites entreprises.

Elles pourraient être caractérisées comme suit :

  • Majoritairement, les entreprises ont moins de 50 employés (53 %) et moins de 5 M$ de chiffre d’affaires (56 %). Ce sont au moins 24 entreprises sur les 45 ayant participé à la cartographie.
  • 78 % des entreprises (35 entreprises) ont moins de 100 employés et un chiffre d’affaires de moins de 20 M$.
  • Majoritairement, un seul lieu de fabrication ou de transformation.
  • Elles ont en moyenne une productivité inférieure (100 – 160 k$ par employé).
  • Seulement 31 % des entreprises ont implanté un processus de réduction de coûts.
  • Une entreprise sur deux a connu une croissance dans les douze derniers mois.
  • Les préoccupations sont plus reliées à l’augmentation des ventes et de la profitabilité qu’à l’investissement dans les ressources (physiques et humaines).

Deuxièmement, les moyennes et grandes entreprises génèrent une portion majoritaire du volume d’affaires.

Elles pourraient être caractérisées comme suit :

  • 22 % des entreprises génèrent 80 % du volume d’affaires de la région;
  • Plus grande activité au niveau de la R-D, avec 100 % des entreprises qui en font;
  • Plus grande productivité (environ 190 k$ par employé);
  • Plus de 90 % des entreprises ont implanté un processus d’amélioration de la productivité;
  • Plus grande proportion d’employés avec des formations spécialisées reliées à l’industrie;
  • Deux entreprises sur trois ont connu une croissance dans les douze derniers mois.

portrait-general

 

  1. Extraits d’un document préparé par Annie Tessier du Ministère des Finances et de l’Économie du Québec. Sources : Banque de données du Commerce international en ligne – Institut de la Statistique du Québec, Descriptif de l’Industrie des plastiques et des composites du Québec- Tescsult Eduplus inc., BDC, mars 2013, Fiche secteur: plastiques transformés- Ubifrance, Statistique Canada, Export-Québec
  2. Extraits du rapport intitulé « Cartographie des entreprises de la plasturgie de la Chaudière-Appalaches », 30 mars 2011.
  3. Extraits du rapport intitulé « Cartographie des entreprises de la plasturgie de la Chaudière-Appalaches », 30 mars 2011.
  4. La couverture est calculée en fonction du chiffre d’affaires déclaré par les entreprises. Les entreprises n’ayant pas indiqué un chiffre d’affaires dans le marché final ont été retirées de l’analyse.
  5. La couverture est calculée en fonction du chiffre d’affaires déclaré par les entreprises. Les entreprises n’ayant pas indiqué un chiffre d’affaires dans le marché géographique ont été retirées de l’analyse.

 

Étude sur les marchés porteurs du domaine de la plasturgie (2016)

L’Observatoire des stratégies de commercialisation de l’innovation (OSCI) de l’UQAM a été mandaté par Export Québec afin de réaliser une étude sur les marchés porteurs du domaine de la plasturgie.
À cet effet, plusieurs marchés d’avenir ont été évalués en lien avec la plasturgie, tels que l’emballage, la construction, l’automobile, l’aéronautique (incluant le récréatif), l’électrique, l’électronique, le domaine médical et la protection personnelle.
Le projet que nous avons réalisé pour l’industrie nous a permis d’identifier des créneaux porteurs pour les entreprises québécoises afin de leur permettre de se positionner avantageusement dans des niches pour lesquelles il existe une croissance significative. L’étude fait également état de la situation actuelle des entreprises d’ici et présente un tour d’horizon des principales tendances technologiques du domaine de la plasturgie et des matériaux avancés.

La Vallée de la Plasturgie est un partenaire de diffusion du projet afin de faire bénéficier l’industrie de ces données stratégiques.